Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /web/georgessouche/www/blog/wp-settings.php on line 520

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /web/georgessouche/www/blog/wp-settings.php on line 535

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /web/georgessouche/www/blog/wp-settings.php on line 542

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /web/georgessouche/www/blog/wp-settings.php on line 578

Deprecated: Function set_magic_quotes_runtime() is deprecated in /web/georgessouche/www/blog/wp-settings.php on line 18
Musique « Le blog de Georges Souche

Archives ‘Musique’

“Tèrra de Lutz” en musique

Mardi 12 mars 2013

 

Vendredi 15 mars à 19h30, Chapelle Gély à Montpellier aura lieu le premier concert d’une création originale : une fusion entre musique et photographie, portée par le batteur Denis Fournier autour de quelques extraits de mon projet Tèrra de Lutz.

Les trois musiciens du groupe Percussions profiles (Denis Fournier -batterie et percussions-, Jean-Pierre Jullian -percussions-, Tom Toreil -vibraphone-) inventeront des paysages harmoniques et rythmiques autour de mes photographies projetées et mises en espace par le vidéaste Mael Herrero.

C’est un premier concert de fin de résidence, transitoire, le projet va par la suite évoluer avec notamment la présence de Joan-Francés Tisnèr (voix et électro-acoustique) autour de poèmes occitans.

Vendredi 15 mars, Montpellier, La Chapelle Gély
170, rue Joachim du Bellay. Tél : 04 67 42 08 95

Delà l'aiga #3, 2010

Delà l'aiga #3, 2010

Delà l’aiga

Mercredi 21 décembre 2011

 

Delà l'aiga. Salagou, 10/12/2011

Delà l'aiga. Salagou, 10/12/2011

György Ligeti : Clocks and clouds, pour 12 voix et orchestre

Delà l’aiga
delà la muralha que l’embarra
dins sei presons invesiblas
esteletas de còs blancs coma cendre
esteletas de rires e de plors
coma de lagremas de vida après la vida
a paupas dins lo grand vuege
que la vestís e l’escana de sei plovinas mairalas

Au-delà de l’eau / au-delà de la muraille qui l’enferme / dans ses prisons invisibles / petites étoiles de corps / blancs comme cendre / petites étoiles de rires et de pleurs / comme des larmes de vie après la vie / à tâtons dans le grand vide / qui l’habille et l’étrangle de ses bruines nourricières

Philippe Gardy, extrait de Delà l’aiga (ed. Letras d’òc 2007)

Monk’s dream

Lundi 28 novembre 2011

 

Roseaux, Salagou 2011

Les Roseaux de Midas #XI, 2011)

Kronos quartet plays the music of Thelonious Monk : Crepuscule with Nellie

Traversée des brumes

Vendredi 19 août 2011

 

Causse Méjean, août 2011

Causse Méjean, août 2011

Federico Mompou, Musica callada, livre 1

[Jazz à Junas #2] Nicole Mitchell

Mardi 26 juillet 2011

La plus grande flutiste actuelle et la reine incontestable de Junas 2011, éblouissante dans tous les contextes.

Nicole Mitchell, Junas

Nicole Mitchell, en duo avec Joëlle Léandre. Junas 23/07/11

[Jazz à Junas] Tomeka Reid

Lundi 25 juillet 2011

(Concert Denis Fournier “Watershed”)

Tomeka Reid à Junas

Tomeka Reid, violoncelle. Junas 20/07/11

Pour Max

Jeudi 23 juin 2011

 

Schubert, impromptu op.90 n°3. Alfred Brendel

L’ariana

Jeudi 25 novembre 2010

Extrait du disque Rasims de luna


Lac du Salagou

Lac du Salagou, 1995

Quand le chant nous déserta, / quand la mer s’en est allée, / évaporée à l’horizon / des voiles évanouies, / lorsque se tait la parole / aux frontières du désert, / la perdue est la pauvre âme.

Ariane abandonnée, / amoureuse oubliée, / qui, l’œil sur l’horizon / reste là sans espoir / et qui perdit jusqu’au verbe / de la parole du vent.

Comme la pierre première / qui depuis l’aube du monde / sans espoir et sans attente / dédaignant l’ombre passagère / jamais ne compte le temps.

Poème de Max Rouquette, extrait du Maucòr de l’unicòrn
Musique : Laurent Audemard. Voix : Marie-Anne Mazeau. Publié chez Buda Musique

Rasims de luna est un voyage musical dans l’univers poétique de Max Rouquette, interprété par 5 musiciens, 4 chanteurs et un récitant, avec la voix enregistrée de Max Rouquette sur 3 titres. Le disque vient de paraître. Il est présenté dans un coffret incluant un livret de 64 pages, que j’ai eu le plaisir de mettre en page. Les proses et poèmes occitans y sont accompagnés de leurs traductions en français et en anglais ainsi que de photographies. La photo ci-dessus est celle qui accompagne le poème dans le livret.
Pour plus d’infos sur ce projet et commander le coffret en ligne :
http://www.max-rouquette.org/rasims_de_luna/presentation.htm.
Ce n’est qu’à partir de la mi-janvier que le coffret sera disponible chez tous les disquaires, FNAC etc…

NB pour les Héraultais : le coffret est également en vente à Montpellier chez Sauramps, à Béziers à la Librairie du Théâtre, à Lodève à la librairie “Un point un trait”.

Au fond de notre nuit

Mercredi 21 avril 2010

 

Graminées

Graminées, juin 2009

” Rien ne peut altérer le tourbillon, lent ou rapide, de la musique, dans notre sensibilité. Rien que la musique, seule avec elle-même, dans la plénitude de ses charmes. Touchant à des parts de nous-mêmes que nous ignorions, et qui s’étonnent d’être ainsi évoquées et tirées des cavernes obscures où elles sommeillaient. Où elles auraient pu dormir toute une vie, la nôtre, sans que nous sachions jamais ce qui peut se cacher au fond de notre nuit.
Le plus clair, le plus profond, le plus riche, le plus étrange de tout l’or qu’en lui cache chacun de nous. Sans le savoir. Dans l’innocence du misérable qui, étendu sur des tas de chiffons, ne saura jamais qu’il vient de passer sa dernière nuit sur un sac d’or. Alors qu’il est mort de faim et de froid. “

Max Rouquette, Ils sont les bergers des étoiles

 

Une manière d’annoncer que le mois prochain paraîtra le n°4 des Cahiers Max Rouquette avec un dossier central sur “Max Rouquette et la musique“. Et qu’à l’automne le disque Rasims de luna (réalisé à partir du concert exceptionnel donné à l’Opéra Comédie de Montpellier en juin 2008 à l’occasion du centenaire de l’écrivain), devrait être enfin disponible.

Musique

Dimanche 21 février 2010

contrebasse Bernard Santacruz

Bernard Santacruz. Montpellier, octobre 2008

La musique est ainsi : elle demande,
interroge avec insistance
- l’amour ? le monde ? la vie ?
Nous ne savons pas, et jamais
ne le saurons.
Comme si elle ne disait rien elle
finit par tout dire.
Ainsi : s’écoulant, brûlant jusqu’à
la fulgurance - et enfin
le silence blanc du désert.
Auparavant pourtant, comme une syllabe tremblante,
elle commence à jaillir, blesse,
caresse la plus lointaine des étoiles.

Eugenio de Andrade, Les lieux du feu
(traduit du portugais par Michel Chandeigne). Ed. L’Escampette.