Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /web/georgessouche/www/blog/wp-settings.php on line 520

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /web/georgessouche/www/blog/wp-settings.php on line 535

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /web/georgessouche/www/blog/wp-settings.php on line 542

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /web/georgessouche/www/blog/wp-settings.php on line 578

Deprecated: Function set_magic_quotes_runtime() is deprecated in /web/georgessouche/www/blog/wp-settings.php on line 18
Poésie « Le blog de Georges Souche

Archives ‘Poésie’

Matin primièr

Samedi 3 mars 2012

 

Lac du Salagou 02/03/12

Lac du Salagou 02/03/12 #1

Ambe lo temps, i veniá coma lo lassitge dels noms de las causas e dels luòcs. Voliá pas pus pensar lo mond amb el, dedins, que coma vèrge de tot nom. Coma plenament sauve d’aquela mena de colar qu’i cargan los òmes. Una tèrra de davant lo deluvi. Une tèrra de davant los òmes. Dins la claror d’eternitat dau matin primièr.

Avec le temps, lui venait comme la lassitude des noms des choses et des lieux. Il ne voulait penser le monde avec lui, dedans, que comme vierge de tout nom. Comme pleinement préservé de cette espèce de collier dont les hommes le chargent. Une terre d’avant le déluge. Une terre d’avant les hommes. Dans la clarté d’éternité du premier matin.

Max Rouquette, Poèmas de pròsa (ed. Fédérop)

Photo extraite de Planète Salagou, un projet photographique autour du Lac du Salagou.
D’autres photos ici

Delà l’aiga

Mercredi 21 décembre 2011

 

Delà l'aiga. Salagou, 10/12/2011

Delà l'aiga. Salagou, 10/12/2011

György Ligeti : Clocks and clouds, pour 12 voix et orchestre

Delà l’aiga
delà la muralha que l’embarra
dins sei presons invesiblas
esteletas de còs blancs coma cendre
esteletas de rires e de plors
coma de lagremas de vida après la vida
a paupas dins lo grand vuege
que la vestís e l’escana de sei plovinas mairalas

Au-delà de l’eau / au-delà de la muraille qui l’enferme / dans ses prisons invisibles / petites étoiles de corps / blancs comme cendre / petites étoiles de rires et de pleurs / comme des larmes de vie après la vie / à tâtons dans le grand vide / qui l’habille et l’étrangle de ses bruines nourricières

Philippe Gardy, extrait de Delà l’aiga (ed. Letras d’òc 2007)

Garrigue #2

Mercredi 31 août 2011

 

Saint-Guilhem le Désert, août 2011

Saint-Guilhem le Désert, août 2011

Bèu grilh, miegjorn cantant dins los lausasses
quand tot s’aplanta au suau reglet de l’uscle
e que tot pensament s’esbeu
dins lo bronzinar de las oras !

Beau grillon, midi qui chante entre les pierres plates / à l’heure où tout s’interrompt sous la suave tyrannie de la brûlure / et où toute pensée s’évapore / dans le bourdonnement des heures

Jean-Frédéric Brun,
extrait de “Beu rocam” (Legendari de las despartidas)

La constellation de la Harpe…

Mardi 7 juin 2011

… au-dessus des vignes de Frontignan

C’est le titre d’une rencontre poésie / arts visuels qui aura lieu ce vendredi 10 juin au Domaine de la Plaine à Frontignan et à laquelle je participe avec 2 ou 3 photographies. Un livret / recueil a été édité pour accompagner cette rencontre :

frontignan2011

18 h 00 : vernissage de l’exposition et dégustation des muscats du Domaine.
Exposition collective avec des œuvres des plasticiens Jean-Paul Agosti, Joël Bast, Enan Burgos, Marie-Hélène Bikowa, Marie-Noelle Git, Bérénice Goni, Jean-Pierre Rose et des photographes Laurent Delemotte et Georges Souche

À partir de 19 h 00: lectures de poèmes (français/occitan), contes et musique.
Avec les poètes : Stéphen Bertrand, Enan Burgos, Jean-Paul Creissac, Georges Drano, Jacquy Gil, Jean-Marie Petit, James Sacré, Nicole Drano Stamberg, Pierre Tilman, Serge Velay, Marc Wetzel.
Musiciens : Gérard Franco, Jean-Charles Viven, Gilles Siouffi

Domaine de la plaine : 6 route de Montpellier, 34110 Vic La Gardiole. 04 67 48 10 78

Ajout : entrée libre, ouvert à tous. Réserver cependant pour le repas (15 €, ngdrano_at_club-internet.fr)

La voix

Mercredi 18 mai 2011

 

Salagou 2011, 15/16

Salagou 2011, 15/16 (mai)

La voix qui embellit la terre
La voix supérieure
La voix du tonnerre
Parmi les sombres nuages
À jamais résonne
La voix qui embellit la terre

La voix qui embellit la terre
La voix d’ici-bas
La voix de la sauterelle
Parmi les fleurs et les herbages
À jamais résonne
La voix qui embellit la terre

Chant de beauté, extrait des Psaumes de la création des indiens Navahos, traduits par F-J Temple (éd. L’arbre)

L’ombra dins l’èrba

Mercredi 4 mai 2011

 

Mai 2010

L'ombra dins l'èrba #4, mai 2010

Ont es lo cèu
ont es la terra
ont es que passa
se ven que passa
lo fiu d’aranha
que dessepara invesible
lo clar de l’escur
l’ombra de la lutz

ges de paret ges de camin
tant de viatges que menan pas
qu’a son ponch de naissença
tant d’escorregudas vanas
e lo soleu que dins la mar se nega
e lo silenci qu’engolís a plaser tota vida
quand n’es son voler

ont es lo cèu
ont es la terra
lei camps dau temps son pas
qu’ermàs e deserts blaus
ni nuech ni jorn i trevan pas
ren mai s’i vei que leis ombras
d’una vida que lusissiá
dins lo virar dei sasons
e que ara ne’n finís pas
de se cercar dins la brusor coirada
qu’a remplaçat cèl e terra

Où est le ciel / où est la terre / où passe-t-il / s’il vient à passer / le fil de l’araignée / qui sépare invisible / l’ombre de la lumière

Pas de mur pas de chemin / tant de voyages qui ne mènent / qu’à leur point de départ / tant de courses vaines / et le soleil qui se noie dans la mer / et le silence qui engloutit à plaisir toute vie / si tel est son vouloir

Où est le ciel / où est la terre / les champs du temps ne sont / que friches et déserts bleus / ni nuit ni jour n’y passent / On n’y voit rien que les ombres / d’une vie qui brillait / dans la ronde des saisons / et qui maintenant n’en finit plus / de se chercher dans le grondement cuivré / qui a remplacé ciel et terre

Philippe Gardy (inédit, trad. GS)

Vigne d’avril

Samedi 23 avril 2011

 

Vallée de la Lergue, avril 2011

Vallée de la Lergue, avril 2011

” Le champ nourricier enfante, et sous les souffles tièdes de Zéphyr les guérets entr’ouvrent leur sein ; une tendre sève surabonde partout ; les germes osent se confier sans crainte à des soleils nouveaux, et sans redouter ni le lever des Autans, ni la pluie que chassent du ciel les puissants Aquilons, le pampre pousse ses bourgeons et déploie toutes ses frondaisons. Non ce ne furent pas d’autres jours - je le croirais volontiers - qui éclairèrent le monde naissant à son origine première : c’était le printemps, le printemps qui régnait sur l’immense univers, et les Eurus ménageaient leurs souffles hivernaux quand les premiers animaux burent la lumière du jour (…) “

Virgile, Géorgiques, chant II

Parpalhons 2011 [#3]

Vendredi 15 avril 2011

 

Pontia daplidice (le Marbré de vert)

Pontia daplidice (le Marbré de vert). Les Lavagnes, mars 2011

Jusqu’aux bords de ta vie
Tu porteras ton enfance
Ses fables et ses larmes
Ses grelots et ses peurs

Tout au long de tes jours
Te précède ton enfance
Entravant ta marche
Ou te frayant chemin

Singulier et magique
L’œil de ton enfance
Qui détient à sa source
L’univers des regards

Andrée Chédid, Épreuves du Vivant (Poésie / Gallimard)

Païs … Païsatges

Jeudi 3 mars 2011

 

pais-paisatges-11

Le thème du Printemps des poètes 2011 (Infinis paysages, en résonance parfaite avec mon propre travail) a été le point de départ de cette exposition, montée avec le soutien du CRDP Montpellier et qui sera présentée dans leurs locaux du 10 au 18 mars (de 8h à 18h sauf samedi et dimanche). La veille, le mercredi 9 à 18 heures, une partie de l’expo accompagnera une lecture des étudiants du département d’occitan de l’Université Paul Valéry à la Maison de la Poésie, sous la direction de Jean-Claude Forêt.

L’exposition est composée de quinze photographies en contrepoint d’autant de poèmes choisis parmi les œuvres de quelques grands auteurs occitans du XXe siècle. Quinze points de vue poétiques évoquant chacun à leur manière différents aspects du paysage languedocien : du microcosme aux grands espaces du causse, en passant par la mer, les pierres, les arbres ou l’imaginaire du château cathare. Voir ici un petit extrait de l’expo.

L’arbresse

Dimanche 9 janvier 2011

 

arbre

Coeur d'arbre, déc. 2007

Toute notre vie nous nous dressons pour pouvoir rejoindre notre mot. Arbresse était un mot qui s’arrêtait d’être un arbre quand je devenais le seul homme à la toucher. Elle était le passage du mot qui me manquait.
Nous sommes toujours seuls à aimer et à réciter le monde avec des mots de passe.

Serge Pey, L’arbresse, extrait (revue Propos de campagne, 1999)