Terrasses du Larzac

Terrasses du Larzac, un vignoble en coeur d’Hérault

Une exposition présente actuellement à Clermont l’Hérault quelques photographies extraites de ce projet. En savoir plus…
Un calendrier 2018 « Terrasses du Larzac » est disponible, illustré de 13 photographies. Vous pouvez le commander en ligne ici

Parmi les différents vignobles du Languedoc sur lesquels je travaille depuis de nombreuses années, celui des Terrasses du Larzac tient une place à part. Pour des raisons affectives d’abord, car il s’inscrit dans des paysages que je parcours depuis l’enfance et dont la plupart me rappellent des souvenirs inoubliables. Mais aussi, plus objectivement, parce que je ne connais aucun équivalent à ce vignoble très particulier.
Car ce n’est pas seulement de vignes dont il s’agit ici, mais d’un territoire qui nous offre rien de moins que trois Grands Sites (Salagou, Saint-Guilhem-le-Désert, Navacelles), associés à une incroyable diversité de milieux et de paysages. Un pays où la vigne est parfois absente quand elle cède la place à la garrigue, à la ruffe ou aux causses, tout en servant de fil conducteur à celui qui en parcourt les plis et les replis : vallées de la Lergue et de la Buèges, vallée et gorges de l’Hérault, Rocher des Vierges, massif de la Séranne et monts de Saint-Guilhem, massif du Taurac, vallée et bassin du Salagou, terrasses de l’Escalette, cirque de Navacelles et causse du Larzac…

Cette géographie riche et complexe est une des singularités des Terrasses du Larzac, espace de transition et de communication entre le Massif Central et la plaine du Bas-Languedoc. Elle offre en tous cas au photographe que je suis une matière d’une richesse inépuisable selon les points de vue, l’heure du jour et la saison, les lumières, la météo… et aussi en fonction du travail des vignerons, qui transforment et modèlent ces paysages depuis des siècles.
Le projet que j’ai entrepris sur ce territoire est d’autant plus passionnant qu’il est à la croisée de plusieurs sujets sur lesquels je travaille en parallèle depuis longtemps : le Larzac et la vallée du Salagou (auxquels j’ai consacré mes deux premiers ouvrages), le Pays Cœur d’Hérault, et bien sûr la garrigue, omniprésente.

J’aime photographier ce pays où causses et garrigues, en se rencontrant, créent une grande richesse de paysages et de biodiversité. Une biodiversité que les vignerons des Terrasses, tout en élaborant de très grands vins, ont la volonté de préserver grâce à une viticulture particulièrement respectueuse de l’environnement.

(Toute utilisation des photographies est soumise à une autorisation préalable)