Planète Salagou : la traversée des brumes

bandeau-expo-livre-01

affiche-expo_400UNE EXPOSITION… du 15 juin au 25 août au Musée de Lodève dans le cadre de l’exposition PAYS-AGES—> En savoir plus sur l’exposition PAYS-AGES

UN LIVRE… à paraître cet automne aux éditions Cardabelle

En cette année 2019, le lac du Salagou a 50 ans.
En 1969, alors que la construction du barrage était achevée, la montée des eaux allait peu à peu transformer totalement le paysage et le destin de cette paisible vallée, et entraîner le départ des derniers habitants du petit village de Celles. A l’occasion de cet anniversaire, Georges Souche nous dévoile la première partie de son projet Planète Salagou (La traversée des brumes), à travers une exposition qui sera suivie en fin d’année par la parution d’un nouvel ouvrage, avec des textes de Jean-Claude Forêt.

Ces brumes ne sont pas seulement celles que le photographe nous invite à traverser en sa compagnie, quand elles enveloppent d’incertitude les rives du lac. Ce sont aussi les brumes du temps géologique, traversées par les scorpions immuables, déjà présents il y a 300 millions d’années, à une époque où tout n’était ici que vastes marécages. Ou encore les brumes de la mémoire, avec les souvenirs de cet ancien habitant du village de Celles qui revient pour la première fois sur les lieux de son enfance, 50 ans après en avoir été exproprié lors de la création du barrage.

Transformations du paysage par le temps, par l’homme, par la lumière… Ces métamorphoses, que Georges Souche ne cesse d’explorer depuis de nombreuses années, sont au cœur de son projet Planète Salagou. Elles structurent tout naturellement l’exposition de Lodève, à travers deux salles aux atmosphères très différentes.
Ainsi cette Traversée des brumes pourra être vue non seulement comme un travail photographique autour d’un site exceptionnel, mais aussi comme une méditation sur le temps et l’impermanence des choses. Pour nous rappeler enfin que non seulement un paysage n’est jamais le même, mais qu’il est toujours vécu, regardé et ressenti par chacun d’une façon différente.

Quelques extraits de l’exposition ci-dessous :